Go to menu Go to content

Essais routiers

Volvo S40 2009

Le sport à la suédoise

Par : Benoit Charrette

Avec la C30 qui occupe la porte d'entrée de Volvo, la S40 et la V50 ne sont plus désormais les petites voitures de la famille. Pour bien faire comprendre ce principe, la firme suédoise a procédé, l'an dernier, à quelques changements subtils pour marquer le pas. La berline et la familiale sportive nous reviennent en 2009 avec des lignes qui demeurent pratiquement inchangées.

Carrosserie

L'idée de base derrière le restylage de l'an dernier consistait à donner un air plus imposant et à resserrer les liens familiaux avec les autres modèles de la famille. La S40 et la V50 suivent ainsi la voie tracée par les récentes refontes des V70, S80 et C30. Le style varie un peu selon le modèle. Alors que la S40 dégage un air plus luxueux avec une calandre plus arrondie et des feux redessinés, la V50 joue la carte sportive avec une calandre un brin plus menaçante et des boucliers plus saillants. Il semble que Volvo veut rapprocher la S40 de la S80, alors que la V50 va plutôt vers la V70.

Habitacle

Si la console flottante est toujours de mise, les concepteurs ont cherché à libérer un peu plus d'espace au moment de la refonte. Les stylistes ont rogné un peu de rangement pour la console centrale et offrent des vide-poches plus généreux. Pour le reste, ces petites Volvo demeurent très confortables, la qualité des matériaux ne prête pas à la critique. Pour un peu plus de luxe, vous pouvez choisir la sellerie de cuir avec des options d'habillage à base de bois clair et de cuir foncé typiquement suédois. Vous pouvez également ajouter un volant gainé de cuir avec une touche d'aluminium. Je ne ferais pas toute l'énumération des nombreux équipements de sécurité, mais les projecteurs directionnels actifs bixénon (en option), qui pivotent en même temps que le volant et selon la vitesse de la voiture, se sont montrés très efficaces. Comme la majorité des petites berlines de luxe, l'espace aux places arrière est compté.

Mécanique

Le choix des mécaniques demeure inchangé pour 2009. La mécanique à 5 cylindres à la sonorité si particulière règne sans partage sous le capot. La version de base du moteur de 2,4 litres livre 168 chevaux tandis que la version T5 et ses 2,5 litres développent 227 chevaux. Vous avez le choix d'une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports en version 2,4i et à 6 rapports dans la T5, ou une automatique à 5 rapports. Même si la boîte manuelle est un peu " élastique ", je lui donne tout de même mon vote, elle n'est pas des plus précises, mais elle est tout de même agréable à utiliser. En terminant, je vous fais part d'une rumeur qui persiste à propos d'une mécanique diesel qui pourrait faire son apparition en 2010.

Comportement

La S40 et la V50 jouent la carte de la petite voiture de luxe où prime le confort. Les bruits parasites sont bien étouffés, même le moteur a peine à se faire entendre. À bord de la version T5, il est très facile de rouler trop vite en raison de l'excellente insonorisation. Les performances ne sont pas en reste avec un 0 à 100 km/h en 6,9 secondes. Il faut par conséquent être prudent car on ne se rend pas compte de notre vitesse de déplacement. La tenue de route avec toute l'aide électronique est particulièrement rassurante, et la version AWD est particulièrement bien adaptée à notre coin de pays. Pour ce qui est de la version de base, elle manque un peu de cœur au ventre, si on la compare avec la version T5, mais les performances sont suffisantes pour combler les besoins de base. La direction est précise, et la motricité n'est pas prise en défaut, sauf la version T5 à traction qui traîne encore un petit effet de couple aux roues avant si l'on appuie un peu fort sur l'accélérateur.

Conclusion

Fidèle à l'image plus conservatrice de Volvo, les S40 et V50 offrent le confort tranquille de la berline discrète. Elle n'est pas là pour épater la galerie, mais l'efficacité est aussi bonne.

Deuxième avis : Daniel Rufiange

Il est paradoxal et triste de réaliser que, pour une entreprise qui pense autant au bien-être de ses clients, l'inverse est moins vrai; les ventes de Volvo pourraient être meilleures, à commencer par celles du tandem S40/V50. Ces voitures sont toujours un charme à conduire, et l'équilibre qu'elles offrent entre la sportivité et le grand confort, toujours intéressant. Les versions équipées du moteur T5 nous en donnent juste assez sans compromettre la consommation. Toujours au rendez-vous, cette douceur de roulement qui feutrent les déplacements. À l'intérieur, une présentation branchée, moderne, et des options pour toutes les bourses. C'est là que le bât blesse; si la version de base à 32 995 $ semble raisonnable, une version T5 AWD entièrement équipée à 54 235 $, c'est carrément indécent !